25 octobre 2015 Kim

Interview : Cio D’Or

Pour les 3 ans d’XLR Events le vendredi 6 novembre au DV1, nous avons posé quelques questions à Cio D’Or, une artiste techno pas comme les autres.

Cio D’or, artiste, muse, poète techno a un univers très particulier qu’elle nous a ouvert le temps d’une interview… XLR a la chance de l’accueillir pour fêter ses 3 ans, le vendredi 6 novembre au DV1.

Bonne découverte !

Événement Facebook
  1. Bonjour Cio pourrais-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour, je suis une experte quand il s’agit de réfléchir avant d’agir.

 

  1. Ton nom de scène a une consonance française, quelle signification lui donnes-tu ?

D’or est la version raccourcie de mon vrai nom Dorbandt.

Chaque langue a sa propre mélodie, et ainsi le français, qui est une langue magnifique, convient parfaitement à ce contexte et à mon univers.

Quant à Cio, ça vient à l’origine du Japonais, qui est elle aussi une langue fascinante car chaque lettre est un magnifique dessin plein de significations. Je me suis toujours sentie comme une musicienne très cosmopolite.

Selon moi, la musique n’a pas de pays et elle est la seule langue qui peut être compris partout et par tous.

 

  1. Tu es connu pour être une muse de la techno, quelles sont donc tes inspirations artistiques ? À quelle esthétique rattaches-tu ton art ?

Merci !

Je trouve de la poésie partout et des inspirations partout, mais avant tout dans le silence. La silencieuse vue de ma chambre, la nature, le cinéma, les arts picturaux, l’architecture, la littérature, la politique sont des sources infinies d’inspirations quand j’y pense. Après avoir joué à un « ping-pong spirituel », je ne deviens qu’un filtre des impressions par lequel émerge de nouvelles idées. J’ai besoin, parfois, d’un peu de temps pour arriver à quelque chose qui a du sens. Une fois qu’une nouvelle idée m’est venue, je me mets directement au travail.

Mes associations artistiques allient souvent l’infini, les liquides et parfois la perpétuelle tension entre les sentiments de dangers et d’espoir.

 

  1. As-tu un processus particulier de création lorsque tu produis ?

Je commence avec une idée musicale, puis je travaille souvent assez longtemps simplement sur la structure du son, et je conclus souvent mon travail en cherchant à ajouter de la dramaturgie au son. Cela me prend énormément de temps pour réaliser cette alchimie. Un morceau ne sera un release si et seulement si je ne m’en lasse pas.

 

  1. Tu as été une danseuse de ballet, et tu as travaillé en étroite collaboration avec la compositrice de classique Brigitta Mutendorf…. Tu as également produit des pièces de théâtre musicales. Que penses-tu de l’association du ballet avec la techno ? Qu’en est-il de l’association entre la musique classique et de la techno ? Est-ce quelquechose qui te semble naturelle ?

Dans mon nouvel album « all in all », j’ai combiné des instruments d’orchestres avec des beats électronique sur le premier morceau, avec une idée très cinématographique derrière. Les liens entre musiques électroniques, danse moderne et cinéma m’intéressent énormément en ce moment. Je recherche d’ailleurs une parfaite équipe pour mener à bien un tel projet. Connecter de tels influences variées, est selon moi, une démarche assez naturelle.

 

  1. Tu sépares clairement tes périodes de productions et de gigs. Dans quelle mesure les gigs affectent ta créativité ?

Lors de mes périodes de gigs, je suis seulement un DJ, dont les sets et les voyages usent. Pour créer de la musique, j’ai besoin de silence et je me refuse toute distractions, même si au fond, j’adore me concentrer sur une unique création.

 

  1. Quel est le lieu qui t’inspire le plus ? Pour quelle raison ?

Divers lieux m’inspirent, mais les lieux qui m’inspirent le plus sont certainement les abysses, les nuages et le va et vient entre une vision microscopique et plus globale.

Mes plus belles expériences en terme d’atmosphère globale eurent lieux au Sinaï et sur l’île d’Okinawa. Pour moi, le charme de ses lieux provenaient de leur silence, leur espace semblant infini et leur vide.

 

  1. Si tu devais associer la musique avec une saison, quelle saison serait-elle ?

La saison de l’infini !

Événement Facebook

 

Interview conçue et traduite par Kim.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ăn dặm kiểu NhậtResponsive WordPress Themenhà cấp 4 nông thônthời trang trẻ emgiày cao gótshop giày nữdownload wordpress pluginsmẫu biệt thự đẹpepichouseáo sơ mi nữhouse beautiful